DSC06686ok.jpg

Bienvenue sur
" Les Plaisirs Démodés "

Passionnée par la littérature, la musique et le cinéma, " Les plaisirs démodés" est un espace où je partage mes coups de cœur d'un autre temps. Un temps où l'on prenait le temps d'écouter les paroles d'une chanson, d'apprécier la plume d'un écrivain, d'admirer l’œil d'un réalisateur... Je ne suis pas nostalgique, j'aime mon époque, mais quel bonheur d'aller vivre au XIXème siècle ou dans les années 30,... le temps d'un livre, d'une mélodie, d'un film... Je ne suis spécialiste de rien, mais curieuse de tout, et ma seule ambition serait de vous donner envie de (re)découvrir les merveilles de notre culture littéraire, musicale ou cinématographique. Alors, asseyez-vous, détendez-vous et laissez-vous bercer par ces plaisirs démodés.

 
 

« Les époques changent, l'amour reste. »

Charles Aznavour - Les Plaisirs démodés

DSC06695ok.jpg
 
 
DSC06689.JPG

Contact

 
Rechercher
  • celine.p

Brassens part à La Chasse au papillon

Dernière mise à jour : 29 janv.

Maître de la provocation, de l'ironie et du joli verbe, Georges Brassens était un poète à la plume coquine, à l'image de cette petite pépite de la chanson française : "La Chasse aux papillons". À chaque fois que je fredonne cette ritournelle, le sourire me vient aux lèvres. Gageons qu'elle vous fera le même effet en ces temps troublés. Partons à la chasse aux papillons !




S'il n'avait pas eu le mauvais goût de nous quitter trop tôt, Georges Brassens aurait fêté ses 100 ans en 2021. Déjà 40 ans qu'il nous a laissé orphelin de sa musique et de ses mots. Heureusement pour nous, il a légué en héritage, non pas sa mauvaise réputation, mais un répertoire foisonnant avec plus de 200 jolis chansons. Parmi les plus célèbres, on trouve évidemment "Les copains d'abord" , "Le Gorille", "Les Amoureux des bancs publics" ou encore "Chanson pour l'Auvergnat", mais j'ai décidé de vous faire (re)découvrir un titre un peu moins repris, peut-être un peu moins connu, mais qui gagnerait à l'être.

"La chasse aux papillons" est apparue sur la face B de l'album "La mauvaise réputation" commis en 1953. Elle fait partie des chansons dites "gaillardes" pour ses sous-entendus sans équivoques, mais elle est aussi à mon sens, d'une tendresse infinie.



Légère comme les ailes d'un papillon, cette chanson nous plonge dans les premiers émois amoureux de jeunes amants, "un bon petit diable dans la fleur de l'âge" et sa belle "Cendrillon". Ils s'en vont tout deux à la chasse aux papillons, métaphore qui ne prête pas à confusion sur les vraies intentions de nos deux tourtereaux, à la recherche d'un coin tranquille dans les " frais bocages" ! Cette chanson représente une bulle de liberté, un vent de fraicheur qui se lève et nous entraîne à travers la campagne pour sentir le parfum des fleurs des champs. "La chasse aux papillons" est surtout évocatrice pour moi du talent de Brassens pour suggérer sans jamais dire, pour jouer avec les rimes et se jouer des mots. Chaque note pétille, chaque syllabe virevolte, chaque allusion est susceptible de nous décrocher un sourire entendu.


En écoutant cette chanson, son petit côté désuet me fait l'effet d'un baume de douceur cicatrisant les inquiétudes et les angoisses provoquées par une société de plus en plus compliquée. Comme un plat mélangeant des ingrédients à la fois doux et piquants, elle est parfaitement équilibrée. Assez délicate pour être rassurante, assez provocatrice pour être intéressante. Poétique sans être nunuche, "La chasse aux papillons" chasse surtout la morosité et pourrait nous faire prononcer un "c'était quand même mieux avant", pour une fois approprié... Alors remontons le temps quelques instants, évadons nous dans ce petit monde frivole et désinvolte où le printemps ne se termine jamais !

Mais tant qu'ils s'aimeront, tant que les nuages
Porteurs de chagrins, les épargneront
Il f'ra bon voler dans les frais bocages...


32 vues